Solutions pour la sectorisation des réseaux d'eau potable

  • Qu'est ce que la sectorisation?
  • Schéma de principe
  • Les apports

La préservation des ressources en eau, le suivi des volumes transitant dans les réseaux, la recherche de fuites, la réalisation d'économies et la diminution des volumes d'eau non facturé font partie des préoccupations quotidiennes des exploitants. La sectorisation des réseaux offre une réponse efficace à ce défi permanent. 

 

 

Le principe de la sectorisation est de mesurer l'eau potable mise en distribution ainsi que l'eau ressortant du réseau (eau facturée) et de diviser le réseau en secteurs homogènes (500-3000 abonnés). Le volume d'eau est également mesuré en entrée et en sortie de chaque secteur afin d'affiner la connaissance du réseau. La télérelève des compteurs via des data loggers SOFREL LS permet de détecter très rapidement l'apparition d'une fuite et d'orienter les équipes de maintenance du réseau vers le secteur fuyard.

Les données et les calculs (débit moyen, mini/maxi, nuit) établis par le data logger sont régulièrement transmis via le réseau GSM/GPRS  aux systèmes centraux pour analyse. L'exploitation quotidienne des données de sectorisation obtenues par la télégestion est devenue une clé incontournable pour réduire les pertes d'eau et améliorer le rendement des réseaux.

 

Télérelève des compteurs de sectorisation

Les réseaux de distribution d'eau potable sont de plus en plus instrumentés. Selon l'étendue des réseaux et le nombre de secteurs, les points de mesures peuvent poser des problèmes d'accessibilité. L’optimisation des coûts de transmission et l’autonomie de fonctionnement sur plusieurs années permettent aux data loggers SOFREL LS de s’affranchir de cette contrainte de distance. La télérelève des index des compteurs ou débitmètres est complétée par la transmission de calculs et mesures tels que :

 
  • les volumes journaliers mis en distribution dans le réseau,
• les volumes nocturnes selon des plages horaires,
• les débits minimums, maximum et moyens,
• les mesures de pression…

 

Ces données permettent d’avoir une vision permanente et à distance des volumes d'eau transitant dans les différents secteurs du réseau et de réduire les coûts d'exploitation (plus de tournée de relève manuelle). Les clients dits "gros consommateurs" ont une forte influence sur le réseau de distribution. La télérelève et la prise en compte de leurs consommations sont donc nécessaires pour le diagnostic du réseau.

 

 

 

Détection de fuites

Le data logger SOFREL LS enregistre 24h/24 le débit de l'eau transitant dans les différents secteurs du réseau. Les calculs effectués sur site par le data logger, notamment les débits minimum ou de nuit, sont des indicateurs clés pour la détection de fuites. Une fois ces informations transmises au système de centralisation, il est alors possible d’en analyser l’évolution dans le temps et de recouper les données de chaque secteur afin de détecter d'éventuelles fuites sur le réseau.
 
Afin de garantir une réactivité optimale en cas de détection d'une fuite, il est possible de définir des seuils pour la surveillance des mesures et des débits moyens. Le dépassement d’un de ces seuils, synonyme de fuite sur le réseau, déclenche l’émission de données vers les postes centraux et d’un message d’alerte vers un téléphone mobile. Outil pour la détection de fuites, le data logger GSM/GPRS SOFREL LS permet de limiter les pertes en eau et contribue considérablement à l'amélioration du rendement des réseaux.
 

Diagnostic de réseaux

Le data logger SOFREL LS aide l'exploitant dans sa démarche de diagnostic et d'analyse de son réseau. La mesure de pression sur conduite permet de détecter des anomalies de réseau telles que les surpressions. En cas de fortes variations sur certains secteurs du réseau, LS alerte immédiatement le système central et envoie un SMS d'alarme. L'analyse des pressions s'exerçant sur le réseau associée au diagnostic de l'ensemble des secteurs permet de prendre des mesures correctives afin d'éviter des casses sur conduites et diminuer le débit des fuites diffuses.